Quelles sont les normes non feu ERP à connaître ?

La construction d’un ERP ou établissement recevant du public et son exploitation sont assujetties à des obligations de sécurité contre la panique et l’incendie. Ces mesures visent à protéger les personnes et à sonner l’alerte pour permettre aux secours d’intervenir. Le but étant de limiter au maximum les pertes matérielles. Découvrez les informations à connaître dans cette rubrique.

Les différentes règles de sécurité incendie et d’alarme dans un ERP

Un établissement recevant du public doit être équipé de dispositifs d’avertissement et d’alarme. Il doit aussi présenter un service de surveillance ainsi que des dispositifs de secours en cas d’incendie.

A lire également : Avocat droit des affaires Lyon, un allié de taille pour les entreprises

Les mesures de prévention et de sécurité doivent être en adéquation avec l’activité de l’établissement. Elles sont proportionnelles au public que l’ERP peut accueillir en son sein. Voyons les quelques normes non feu qui sont applicables au sein des ERP.

Un classement des matelas et des textiles non-feu

Les tests non feu analysent la réaction des matériaux au feu. Ils visent à déduire l’inflammabilité et la combustibilité des matières présentent au sein de l’ERP. Ils sont classés de la manière suivante :

A découvrir également : Stratégies de marketing digital pour les petites entreprises de vente de produits de soin personnel

  • M5 très facilement inflammable ;
  • M4 facilement inflammable ;
  • M3 moyennement inflammable ;
  • M2 difficilement inflammable ;
  • M1 non inflammable ;
  • M0 incombustible.

Ces règles impliquent parfois la mise en place de matelas, d’oreillers non feu ou encore de couvertures non feu, mais tout dépend du classement de la collectivité.

Les normes non feu applicables aux ERP

Il faut retenir les quelques normes ci-après avant d’ouvrir un ERP.

La norme NF EN 597 en deux parties

En ses deux parties, cette norme contrôle les caractéristiques des matelas non feu. L’objectif est de tester la surface endommagée par une allumette (15 secondes) et une cigarette. Le produit n’est conforme que si la surface endommagée ne dépasse pas les 50 mm. Le temps de fumée ne doit pas dépasser 60 minutes. Les flammes ne doivent pas persister plus de deux minutes après le retrait de l’allumette.

La recommandation GPEM/CP D1/90 2005

Le matelas pour collectivité à titre d’exemple est aussi assujetti à la recommandation GPEM/CP D1/90 2005. Cette dernière se divise en quatre classes. La classe A consistant à simuler une tentative de mise à feu par l’intermédiaire d’une torche enflammée. La classe B ou simulation de mise à feu à l’aide d’un briquet. La classe C simule la mise à feu volontaire avec une allumette et la classe D simulant la mise à feu involontaire avec une allumette. En lisant le document sur la page https://www.acmfrance.fr/normes-non-feu-collectivite/, vous en apprendrez encore plus. 

La partie détériorée ne doit pas dépasser 10 cm de chaque côté de l’axe de la flamme. Cette dernière ne doit pas persister plus de deux minutes. La fumée doit disparaître une heure après le retrait de la source de feu.

Le matériau doit réussir les quatre tests pour être homologué en classe A. Cette recommandation est importante pour les établissements à hauts risques, à l’exemple des services psychiatriques et des prisons.

Les foyers pour personnes âgées et établissements de soins pour leur part doivent plutôt être équipés de matériaux de classe C et D.

La norme NF EN ISO 12952-1&2

Celle-ci porte sur la sécurité des couettes, traversins, coussins, couvertures pour les collectivités. Il s’agit de voir la conformité à un test d’allumabilité avec une réaction qui se limite aux sources de feu. Aussi, si on essaie d’allumer ces éléments, aucun autre objet ne devra s’enflammer.